SOS Malus logo assurance résiliés malussés
SOS Malus logo assurance résiliés malussés picto-client
01 40 73 74 82

Constat

En cas de sinistre, le constat amiable est un document indispensable pour décrire les circonstances de l’accident et permettre à l’assureur de définir la part de responsabilités de l’assuré. Pour faciliter la déclaration de sinistre, il est important de remplir correctement le constat amiable avant de le retourner à votre assurance auto. SOS MALUS vous donne quelques éléments essentiels pour vous aider à bien remplir votre constat amiable.

Comment fonctionne le constat amiable ?

Né en 1964, le constat amiable permet à tout assuré de préciser les circonstances d’un sinistre. De manière générale, ce document précieux est fourni par l’assureur à son assuré lors de la souscription du contrat d’assurance auto, que ce soit en version électronique ou papier. Le constat amiable est un document très complet voire complexe, et il peut être facile de s’y perdre. Pourtant, si le constat doit être parfaitement rempli, c’est parce qu’il permet à votre assureur de déterminer votre part de responsabilités dans le cadre d’un sinistre, mais aussi de fixer le montant de l’indemnisation.

Si vous êtes reconnu responsable à 100 %, seule une assurance auto tous risques peut vous garantir un remboursement ; si vous n’êtes pas considéré comme responsable, les travaux seront pris en charge, tandis que dans le cas d’une responsabilité partagée, les frais sont répartis entre les conducteurs.

Plus généralement, le constat amiable est indispensable dans tous les cas de figure, de l’accrochage léger à l’accident plus important, qu’il y ait des blessés ou non. Il doit être rempli en un seul exemplaire par les automobilistes présents au cours du sinistre, mais il doit aussi mentionner les moindres détails, même si certains peuvent sembler anodins. Un constat amiable correctement rempli permet une indemnisation plus rapide. De ce fait, il convient de ne pas agir dans la précipitation et prendre le temps de fournir les informations les plus complètes possible.

Comment remplir un constat amiable ?

En fonction de chaque situation, le constat amiable doit être rempli différemment. Quel que soit le nombre de véhicules impliqués dans le sinistre, chaque conducteur doit faire parvenir un exemplaire du constat amiable à son assurance auto, dans les 5 jours qui suivent le sinistre. Il peut malheureusement arriver qu’un conducteur refuse de remplir le constat ou de le signer, dans quel cas il est conseillé de relever la plaque d’immatriculation de ce dernier, si possible son numéro de contrat d’assurance, ou les coordonnées de son assureur.

Pour bien remplir un constat amiable, il est important que ce dernier comporte plusieurs éléments indispensables. Bien détaillés, ces éléments rendent la démarche de déclaration de sinistre plus facile à traiter pour votre assureur. Voici lesquels :

• La date et l’heure
• La localisation
• Les blessés, même légers
• Les dégâts matériels
• Les témoins s’il y en a
• L’assuré
• Le véhicule
• La compagnie d’assurance
• Le conducteur
• Le point de choc
• Les dégâts apparents
• Les circonstances de l’accident
• Un croquis
• Vos observations

Pour que ce document soit correctement rempli, SOS MALUS vous recommande fortement d’éviter les erreurs : une fois rempli et signé, le constat amiable ne peut plus être modifié. Ainsi, veillez à garder votre calme, à rester courtois et à compléter chaque partie, point par point.

Devis gratuit et sans engagement en moins de 3 minutes

Quelles sont les éventuelles complications ?

Il peut survenir certains cas où les choses ne se déroulent pas toujours dans la courtoisie et le respect. En effet, un conducteur peut refuser de signer le constat amiable ou prendre la fuite, les conducteurs impliqués peuvent ne pas trouver de terrain d’entente concernant les torts de chacun, et vous l’aurez compris, la situation peut rapidement dégénérer. Pour vous préserver d’éventuelles complications, SOS MALUS vous conseille de rester vigilant et de vérifier les points suivants.

Tout d’abord, dans le cas où un constat ne vous semble pas correct ou convenablement rédigé, ne le signez pas. En le signant, vous confirmez toutes les informations annotées et dans le cas où certaines sont erronées, cela peut vous porter préjudice. Dans un cas similaire, il faut alors signaler le désaccord qui entoure le constat amiable à votre assurance auto.

Ensuite, autant que cela vous est possible, prenez des photos de l’accident, sous des angles différents, mais également des plaques d’immatriculation. Ces éléments ajoutés à votre dossier peuvent contribuer à faciliter la déclaration de sinistre.

De la même façon, il peut être utile de recueillir des témoignages et prendre les coordonnées des éventuels témoins de l’accident.

Enfin, sachez que si un conducteur prend la fuite, il vous toujours possible de transmettre le constat amiable à votre assurance auto, en lui signalant le désagrément. Un conducteur responsable d’un délit de fuite suite à un sinistre encoure la suspension de son permis, 75.000 € d'amende et 3 ans d’emprisonnement, selon l’article L231-1 du Code de la route. La police prend ainsi le relais sur votre assureur dans ces cas-là.

En cas de sinistre, SOS MALUS vous garantit une réactivité optimale pour faire aboutir votre déclaration de sinistre rapidement. Dès la réception de votre constat amiable, nos experts analysent les informations données et font leur maximum pour permettre une indemnisation dans les meilleurs délais.

FAQ

Des questions ? Un problème ? Découvrez la réponse à votre demande directement dans notre FAQ afin de gagner du temps.
Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, vous pouvez également nous contacter, nous nous ferons une joie de vous répondre.

Que faire en cas d'accident ?

Remplissez un constat amiable avec la partie adverse, indiquez la date, le lieu exact, les coordonnées complètes des témoins, les mentions portées sur votre attestation d'assurance et permis de conduire, puis décrivez les circonstances en cochant la/les case(s) correspondante(s).
Si aucune ne correspond, notez-le dans la case observation. Une fois rempli et signé par les deux conducteurs, chacun adressera un exemplaire à son assureur sous cinq jours ouvrés.
Soyez vigilant à la rédaction du recto du constat amiable qui sera utilisé pour déterminer les responsabilités.
S'il y a un blessé, alertez les secours et faites le constat amiable ensuite.
Le verso du constat est à remplir individuellement pour apporter des précisions complémentaires.
Si la police intervient et fait un rapport, n'oubliez pas de prendre leurs coordonnés et le numéro du procès verbal....

Lire la suite

Que faire en cas d'accident auto avec délit de fuite ?

Le délit de fuite est une infraction grave sévèrement punie par la loi. Qu’est-ce que signifie réellement un délit de fuite ? Et que faire lorsque l’on est victime d’un délit de fuite suite à un accident de voiture ?

Qu’est-ce qu’un délit de fuite ?

Un délit de fuite signifie qu’un tiers en cause d’un accident quitte les lieux pour ne pas en prendre la responsabilité. Le délit de fuite est régi par l’article R.231-1 du Code de la Route.

Quels risques sont pris lors d’un délit de fuite ?

Le délit de fuite est un acte aux conséquences importantes. Celles-ci peuvent prendre diverses formes :

- 3 ans d’emprisonnement et 75000€ d’amende,
- Le double si décès d’une victime ou ITT de plus de 3 mois,
- Suspension ou retrait du permis de conduire,
- Retrait de points,
- Confiscation du véhicule,
- Stage de sécurité routière,
- Travaux d’Intérêt Général.

Que faire lorsqu’on est victime d’un délit de fuite ?

En tant que victime d’un accident avec délit de fuite, plusieurs étapes sont essentielles :

- Relever la plaque d’immatriculation si possible,
- Vérifier s’il y a des témoins et prendre leurs coordonnées,
- Prendre des photos sur place,
- Remplir un constat amiable,
- Effectuer un dépôt de plainte,
- Prévenir la compagnie d’assurance (dans un délai maximum de 5 jours ouvrés après l’accident).

Comment est-on indemnisé suite à un accident avec délit de fuite ?

L’indemnisation suite à un accident avec délit de fuite va dépendre de la formule choisie pour votre contrat d’assurance auto. En cas de formule tous risques, l’indemnisation est totale même si le tiers en cause de l’accident n’est ni identifié, ni retrouvé. Avec une formule au tiers, vous pouvez obtenir une indemnisation via le FGAO (Fonds de Garantie des Assurances Obligatoire)....

Lire la suite

Comment déclarer un bris de glace à son assurance ?

Le bris de glace est un incident très courant pris en charge selon votre formule de contrat d’assurance auto. Cette garantie permet d’être indemnisé en cas de sinistre sur les parties vitrées du véhicule.

Qu’est-ce qu’un bris de glace ?

Un bris de glace est un impact entraînant une fissure ou une cassure totale sur le pare-brise avant ou arrière ou bien les vitres latérales. Certains contrats indemnisent également la casse d’un phare, d’un rétroviseur ou encore du toit vitré. Cela peut survenir suite à diverses raisons telles qu’un simple trajet (projectile), un accident, un vol ou du vandalisme, …

Comment déclarer un bris de glace auto ?

Tout d’abord, pour déclarer un bris de glace auto à sa compagnie d’assurance, il est nécessaire de vérifier si l’option fait partie de la formule ou des options choisies. En effet, c’est une garantie facultative d’un contrat d’assurance auto. L’incident doit être signalé à la compagnie d’assurance dans les 5 jours ouvrés suivant le sinistre en précisant le lieu, la date et le contexte. La déclaration peut être notifiée par écrit, téléphone ou en ligne directement. Elle n’entraîne pas de modification sur le coefficient bonus-malus d’assurance auto. Cependant, si vous déclarez un nombre important de bris de glace à votre compagnie d’assurance, celle-ci peut décider d’augmenter votre cotisation arbitrairement.

La réparation d’un bris de glace auto

La réparation du bris de glace auto intervient après la déclaration du sinistre auprès de la compagnie d’assurance. Elle est essentielle pour enlever toute dangerosité du véhicule. Ainsi, le pare-brise ou la vitre peut être soit complètement changé, soit réparé si l’impact est petit (moins de 15mm) ou bien s’il n’est pas dans le champ de vision du conducteur. La réparation d’un pare-brise ou d’une vitre peut être coûteuse. L’option bris de glace sur un contrat d’assurance est ainsi fondamentale....

Lire la suite

Nos avis

Parce que la satisfaction client est au cœur des valeurs de SOS Malus, nous souhaitons être transparents sur les avis de nos clients.
Vous découvrirez ci-dessous, les derniers avis des clients qui nous ont fait confiance.

Nos actualités

Découvrez toutes les nouveautés et suivez toute l’actualité de l’entreprise directement dans cette rubrique.
De cette manière, vous êtes certains de ne passer à côté d’aucun détail et de rester à jour sur les nouvelles réglementations de l’assurance.

car

Comment réaliser un constat auto amiable en bonne et dûe forme ?

Pour communiquer les circonstances d’un accident à votre assureur et aider ce dernier à définir votre niveau de responsabilité pour vous indemniser, le constat auto amiable doit être correctement rempli. SOS MALUS vous livre ici ses meilleurs conseils pour remplir comme il se doit ce document important et contribuer ainsi à un traitement rapide de votre dossier.

À quoi sert un constat amiable auto ?

Bien souvent oublié ou boudé des conducteurs, le constat auto amiable est pourtant un document primordial pour déclarer un sinistre survenu durant n’importe quel trajet : proche de votre domicile, sur un grand axe routier, sur une petite route peu fréquentée... Vous avez beau être une personne très attentive et bonne conductrice, d’autres usagers peuvent provoquer un accident de la route. De la même façon, la fatigue, le stress, une intempérie ou de mauvaises conditions de circulation peuvent conduire à un accident, causant des dommages matériels, humains, ou les deux à la fois.

La déclaration du sinistre auprès de votre assurance permet non seulement d’obtenir réparation d’un préjudice subi, mais également de couvrir les réparations dont l’un des conducteurs impliqués aurait besoin. Que ce soit pour indemniser des dommages corporels ou matériels, le constat amiable auto est un indispensable qui donne tous les détails concernant les circonstances de l’accident.

Où que vous circuliez, le constat doit être rempli correctement. Pour faciliter la tâche aux usagers, il est le même au niveau européen, traduit dans les différentes langues des pays d’Europe. Ainsi, même lorsque vous partez en vacances, vous avez la certitude de pouvoir communiquer avec précision les circonstances d’un sinistre à votre assureur. C’est la description de ces circonstances qui permet de déclencher l’indemnisation.

Comment se présente un constat amiable auto ?

Le constat amiable est composé de différentes parties distinctes. Vous trouverez des cases réservées au lieu de l’accident, à la date ainsi qu’à l’heure des faits. En plus d’une description précise des véhicules impliqués dans le sinistre, le constat auto amiable doit également mentionner la marque et le type des véhicules, les circonstances exactes de l’accident, mais aussi les dégâts subis par chaque véhicule.

Pour expliciter les circonstances de l’accident, le recto vous donne la possibilité de réaliser un croquis de l’accident : c’est l’occasion de représenter de la façon la plus simple et claire possible chaque voiture impliquée, l’emplacement de ces dernières ainsi que des détails qui peuvent aider à comprendre l’accident, comme par exemple des panneaux de rue, des panneaux de signalisation ou encore des marquages au sol.

Au verso, d’autres lignes, en relation directes avec les conducteurs, sont à compléter : les numéros de plaques minéralogiques, les noms des compagnies d’assurance, les numéros des contrats d’assurances de chaque conducteur ainsi que les coordonnées personnelles. Lorsque la totalité du document est complétée, chaque conducteur impliqué dans le sinistre doit signer : ceci équivaut à approuver les informations données par chacun.

Ce document qui constitue une déclaration d’accident doit être parfaitement rempli et il est important de n’oublier aucune partie. Pour un traitement rapide de votre demande, le constat auto amiable doit être envoyé à votre compagnie d’assurance auto dans les cinq jours ouvrés suivants l’accident. Dans le cas où vous conduisiez un véhicule avec une remorque, vous pouvez envoyer le constat auto amiable à l’assureur de la voiture ou de la remorque.

Après réception de votre document signé et analyse des informations fournies, votre assureur prend alors la décision de vous indemniser à 100 % si vous n’êtes pas responsable du sinistre, ou de vous indemniser partiellement en cas de responsabilité partagée.

Quelles sont les consignes pour le remplir ?

Bien remplir son constat amiable, c’est essentiel pour un traitement rapide de votre dossier et une indemnisation dans les meilleurs délais. Toutefois, il est important de garder en mémoire que cette rapidité est garantie par la qualité et la clarté des informations fournies. Voici quelques conseils pour bien le remplir.

- Gardez votre calme : remplir un constat dans la panique et la précipitation peut vous conduire à commettre des erreurs. Seulement, une fois rempli et signé, le constat n’est plus modifiable et cela peut nuire à votre indemnisation. Prenez votre temps pour n’oublier aucune case ni aucune ligne.

- Restez courtois : la politesse et la bonne entente doivent être de mise pour éviter tout conflit et tout refus de remplir ou de signer venant de l’autre conducteur. Un manque d’informations ou un refus de signer, ou pire encore, de fausses informations sur le constat, peuvent compromettre votre indemnisation ou retarder considérablement le traitement de votre demande.

- Ayez toujours plusieurs exemplaires du constat auto amiable dans votre voiture. En cas de rature ou d’erreurs trop nombreuses sur le document, et pour éviter une lecture compliquée par les agents d’assurance, vous pourrez ainsi recommencer.

- Relisez autant de fois que vous le jugez nécessaire. Une relecture efficace permet de contrôler correctement les éléments notés et s’assurer qu’aucune case essentielle n’a été oubliée. - Prenez des coordonnées : conducteurs impliqués, témoins, commerçants à proximité qui pourraient apporter d’autres éléments de témoignage en cas de fausse déclaration de l’autre conducteur, tout est bon pour apporter des preuves en cas de besoin. Aussi, avant de partir, pensez à relever le numéro de plaque d’immatriculation de la voiture impliquée et si possible, le numéro de contrat du conducteur impliqué et le nom de son assureur. Si cela vous est possible, prenez des photos. Ces informations vous seront très utiles en cas de désaccord.

Lire la suite
car

Comment maîtriser son assurance auto après un malus ?

Le malus comme le bonus représentent un coefficient qui permet de marquer votre conduite d’une certaine manière : en cas d’absence de sinistre responsable, le bonus vous récompense et fait baisser votre prime annuelle, tandis qu’en cas de malus, le coefficient augmente et la prime annuelle aussi. Après un malus, vous l’aurez compris, les répercussions sur votre contrat d’assurance auto se font sentir, et il convient de s’adapter aux conséquences. SOS MALUS vous explique ici comment réagir en cas de malus ou de résiliation suite à un malus trop élevé.

Quoi faire en cas de malus ?

Malgré votre bonne volonté et beaucoup de précautions, le malus peut survenir rapidement ! En effet, le malus s’applique généralement dans le cas d’un sinistre responsable déclaré à votre compagnie d’assurance auto, mais il faut garder à l’esprit qu’un accident peut malheureusement arriver au plus grand nombre, même avec la plus grande vigilance. La fatigue, le stress ou des mauvaises conditions de circulation peuvent conduire au sinistre de façon totalement imprévue.

De manière générale, les infractions qui peuvent conduire au malus se répartissent de la façon suivante :

• Un accident responsable peut conduire à une majoration de 50 %.
• Un sinistre sous emprise d’alcool peut induire une augmentation de 150 %.
• Une suspension de permis peut conduire à une majoration allant de 50 % à 100 % selon la durée de suspension.
• Une succession de suspensions de permis peut induire une majoration de 200 %.

Lors d’un sinistre responsable déclaré à votre assurance auto, le malus appliqué correspond à une majoration du coefficient de 25%, ce qui fait multiplier votre ancien coefficient par 1,25. De ce fait, dès lors que votre coefficient dépasse le «1 », vous êtes considéré par votre assurance comme un conducteur malussé. Les conséquences de ce malus impactent directement votre prime annuelle.

En effet, sachez que le coefficient bonus-malus peut aller de 0.50 à 3.50, et se met à jour au niveau de votre assurance auto tous les 12 mois. Lorsque votre contrat arrive à échéance, votre assurance fait ainsi le point sur ce coefficient et ajuste votre prime annuelle, en l’augmentant ou la réduisant.

En cas de malus, vous pouvez soit chercher à récupérer votre bonus afin de retrouver des conditions d’assurance convenables et une prime abordable, soit changer d’assurance et opter pour une assurance auto dédiée aux conducteurs malussés. Si vous choisissez d’attendre de récupérer votre bonus, vous devez savoir que cela vous demandera un peu de patience.

En effet, pour revenir à un coefficient de 1 de façon automatique, c’est-à-dire un coefficient sans bonus ni malus, vous devez passer deux années sans déclarer de sinistre. Il faudra alors attendre une année de plus sans déclarer de sinistre pour obtenir un bonus de 5%.

Dans le cas où vous ne souhaitez pas attendre, sachez que l’augmentation du tarif de votre assurance auto constitue un motif qui vous permet de résilier votre assurance auto. Cela peut vous permettre de vous tourner vers une compagnie spécialisée dans l’assurance des conducteurs malchanceux, malussés ou résiliés, qui saura vous proposer une offre ultra compétitive, parfaitement adaptée à vos besoins.

Quoi faire en cas de résiliation après un malus ?

Un excès de malus peut conduire à la résiliation de la part de votre assureur. En effet, un cumul de sinistres ou de malus vous inscrira au tableau des conducteurs à risques, et votre assureur peut décider d’appliquer la sanction de la résiliation pour se protéger de l’enjeu financier que vous représentez.

Si la loi oblige tout conducteur de véhicules terrestres à moteur à justifier d’une assurance pour pouvoir circuler librement sur les routes de France, il est toutefois plus compliqué pour un conducteur sinistré ou résilié de trouver un assureur qui veuille le prendre à charge. En effet, le fichier de l’Agira recense tous les conducteurs résiliés et peut ainsi influencer la décision d’une compagnie d’assurance de vous prendre en charge ou non. Considéré comme un profil à risques ou un mauvais conducteur, vous essuierez de ce fait, en cas de résiliation, un certain nombre de refus de la part de divers assureurs.

Pour éviter de perdre du temps et pouvoir circuler rapidement avec votre voiture en toute sérénité, la solution la plus adaptée est de vous tourner vers une assurance comme SOS MALUS.

SOS MALUS est une compagnie qui a développé depuis des années des offres en parfaite cohérence avec les besoins des conducteurs malchanceux, malussés ou résiliés. Responsabilité civile, vols, bris de glace, incendies, catastrophes naturelles et bien d’autres encore, toutes les options, des plus basiques aux plus complémentaires sont mises à votre disposition pour vous offrir des garanties complètes. Nos formules ont été pensées et conçues pour tous les profils de conducteurs, même ceux qui justifient d'un parcours de conduite atypique.

Pour vous assurer en quelques minutes, que vous soyez malussés et désireux de changer d’assurance, ou résiliés, il vous suffit de vous rendre sur le site de SOS MALUS : en quelques clics, vous obtenez un devis correspondant à la formule choisie et aux garanties complémentaires dont vous avez besoin. Il vous suffit alors de souscrire en ligne et vous recevrez votre carte verte par mail dès lors que votre dossier sera considéré comme complet par nos experts.

Ne faites pas l’impasse sur la qualité ! SOS MALUS vous offre le professionnalisme, la souplesse et la garantie de vous tourner vers une compagnie d’assurance compréhensive.

Lire la suite
car

Comment retrouver une assurance après avoir été résilié ?

Un assureur a la capacité de résilier un contrat d’assurance auto pour différents motifs. C’est ensuite le parcours du combattant pour un assuré résilié de retrouver une nouvelle compagnie d’assurance. Cependant, il est tout à fait possible de trouver un nouvel assureur au bon prix. Que m’apporte un contrat auto ? Comment trouver un nouvel assureur en cas de résiliation ? Rappel sur les couvertures d’assurance et explications sur les assurés résiliés.

Comment couvre une assurance auto ?

Une assurance auto est obligatoire pour tous les véhicules terrestres motorisés. Le minimum légal pour pouvoir rouler librement sur les voies de circulation est la responsabilité civile. Ainsi, en cas de dommages corporels et/ou matériels causés à autrui, celui-ci sera indemnisé grâce à votre assurance auto. Cette formule de base est dite « au tiers ». Cependant, elle ne couvre que succinctement puisque le conducteur et son propre véhicule ne sont pas protégés. Les formules « tiers plus » ou « tous risques » permettent de compléter de manière considérable les garanties d’un contrat :

les garanties d’un contrat complet :

- Dommages tous accidents : peu importe la responsabilité, le véhicule est garanti de tous dommages matériels.
- Vol ou vandalisme : le véhicule est réparé ou indemnisé en fonction de sa valeur au moment du sinistre et de la valeur assurée dans le contrat. Des mesures de prévention peuvent être demandées par la compagnie d’assurance.
- Incendie : combustion, explosion, foudre. Cette garantie permet également une réparation ou une indemnisation selon les mêmes conditions que le vol.
- Le bris de glace : le pare-brise avant, la lunette arrière, les vitres latérales voire les rétroviseurs et toit vitré sont couverts en cas de casse, brisure ou fissure.
- Catastrophes naturelles et technologiques ;
- Attentat ;
- Tempête, grêle, neige ;
- Défense pénale et recours suite à accident ;
- Etc.

Les options :

- Garantie protection du conducteur : toute personne au volant du véhicule (assuré ou prêt du volant) est assurée en cas de dommages corporels. Ce n’est pas le cas sans cette option. En effet, un contrat d’assurance auto indemnise les passagers, les tiers dans les autres véhicules touchés, et les véhicules sinistrés mais pas le conducteur responsable de l’accident.
- Assistance 0 km : dépannage en cas de panne ou accident même au pied de chez soi.
- Assurance des accessoires : les accessoires des véhicules sont de moins en moins assurés et nécessitent souvent une option spécifique.
- Assurance au kilomètre : certaines compagnies proposent une réduction de la prime d’assurance pour les petits rouleurs. Un seuil de kilométrage annuel est ainsi déterminé à la mise en place du contrat. Il peut être revu dans le temps.

Une assurance auto peut être résiliée par l’assuré via la Loi Châtel ou la Loi Hamon. Ainsi, à échéance ou à tout moment après un an d’engagement, vous pouvez décider de changer d’assureur (pour un tarif plus avantageux, des garanties plus protectrices, des options mieux adaptées ou encore suite à un différend). Cependant, dans certains cas, l’assureur peut également décider de mettre fin à un contrat d’assurance auto.

Pourquoi un assureur peut résilier un contrat d’assurance auto ?

Un assureur est en droit de résilier un contrat d’assurance auto pour diverses raisons :

- Fausse déclaration : à la mise en place du contrat, la compagnie d’assurance pose plusieurs questions afin de formaliser le plus précisément possible les conditions particulières et de pouvoir proposer la formule la plus adaptée aux besoins. Ainsi, en cas de fausse déclaration à ces interrogations, le contrat peut devenir caduque. Il est donc essentiel de répondre en toute franchise à ces questions.
- Trop de sinistres responsables : la compagnie d’assurance peut ainsi estimer que votre profil est trop risqué et que cela lui coûte trop cher. Le rapport cotisation/indemnisation n’est plus considéré comme acceptable par l’assureur qui est en droit de mettre un terme au contrat.
- Retrait de permis : la suspension temporaire ou définitive du permis de conduire est un motif valable pour l’assureur qui souhaité résilier un contrat d’assurance auto.
- Incident de paiement : pour plusieurs raisons, volontaires ou non, un incident de paiement peut subvenir. Dans ce cas, la compagnie d’assurance va laisser la possibilité de régulariser dans un certain délai. Si au bout d’un certain temps la régularisation n’intervient pas, l’assureur peut demander la résiliation du contrat d’assurance.

Dans tous les cas, l’assuré résilié peinera à retrouver une compagnie d’assurance ou bien à quel prix ?

Comment trouver un nouvel assureur ?

Trouver un nouvel assureur lorsqu’on est résilié ou malussé n’est pas chose aisée. En effet, considéré comme conducteur à risque aggravé, les cotisations proposées par les compagnies d’assurance sont souvent très élevées. Ou encore, les garanties sont limitées. Et pourtant, selon les budgets, il est important d’être bien assuré pour être en capacité de réparer ou remplacer son véhicule en cas de sinistre plus ou moins important. SOS MALUS accompagne depuis des années les conducteurs non désirés par les compagnies d’assurance. En effet, les tarifs de SOS MALUS sont adaptés en fonction des besoins et accessibles à toutes les bourses. Réaliser un devis est simple et rapide. La mise en place du contrat l’est tout autant. La carte verte est ensuite envoyée dans les plus brefs délais afin de rouler en toute sécurité.

Lire la suite

Besoin d'aide ?

portrait